La démondialisation et ses possibles conséquences négatives pour l’Europe

La démondialisation et ses possibles conséquences négatives pour l’Europe

Le 22 avril dernier, Christine Lagarde, invitée à Washington, a livré un discours des plus intéressants concernant l’avenir de l’économie européenne, et plus particulièrement sur le sujet de la mondialisation en Europe. Elle évoque l’entrée dans une période de démondialisation, qui pourrait avoir des conséquences néfastes pour le vieux continent.

Vers la fin de l’ère de la mondialisation en Europe

Depuis quelques années, l’économie mondialisée de l’Europe est remise en cause, notamment du fait de la dépendance du vieux continent envers différents acteurs économiques étrangers. Une dépendance que nous avons pu observer à travers différents exemples :

  • La pénurie de masques connue en Europe, ainsi que la pénurie de nombreux biens de nécessité, un besoin qui a pu être assouvi grâce à l’aide de la Chine ;
  • Plus récemment, nous avons pu remarquer la dépendance européenne face à la Russie, et au gaz russe, majoritairement utilisé en Europe ;
  • Point plus étonnant, les récents évènements ont aussi montré la dépendance de l’Europe envers l’Ukraine, 5ème pays producteur de harnais utilisés pour la construction de voitures, des pièces essentielles qui impactent lourdement l’économie de l’automobile.

En effet, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), rappelle que l’Europe est le continent qui s’est le plus tourné vers la mondialisation et les échanges commerciaux, et cela dès les débuts de la mondialisation. La mondialisation a été source de bénéfices importants pour l’Europe, bien que Christine Lagarde met en avant qu’il s’agit peut être d’une période révolue, puisqu’elle nécessite une stabilité économique et géopolitique pour que la mondialisation puisse être positive à l’Europe.

La situation économique actuelle et l’augmentation de l’inflation en Europe pourrait également vous toucher de manière personnelle, de nombreux ménages ayant observé une augmentation du coût des transports, et de nombreux biens de nécessité. Une situation qui pousse un grand nombre de français à demander un crédit urgent, pour faire face à ces augmentations, qui pénalisent leur budget au quotidien. Un choix qui n’est pas idéal pour tous, et des offres de crédit qui ne s’avèrent pas adaptées aux ménages dont les finances sont précaires.

Une démondialisation aux conséquences négatives pour l’Europe ?

Ainsi, face à cette dépendance de l’Europe mise en avant par la situation économique actuelle – notamment du fait des conséquences économiques de la guerre en Ukraine -, de nombreux pays font le choix du repli, et songent à se tourner vers la démondialisation. Bien qu’il puisse sembler s’agir d’une solution intéressante pour certains, Christine Lagarde met en garde concernant les conséquences négatives de ce processus pour le continent européen :

  • Tout d’abord, elle souligne que la mise en place de chaînes logistiques complètes et totalement nationales implique un coût particulièrement élevé pour les pays qui souhaitent adopter cette option. Une étude montre notamment que les américains devraient dépenser au total la somme de 1 000 milliards de dollars s’ils souhaitaient bénéficier d’une industrie des semi-constructeurs exclusivement nationale.
  • Elle rappelle également que de nombreux États européens se sont construits sur le principe de la mondialisation, et qu’il s’agit d’une solution qui a permis de faire face à la crise de la zone euro, et qui a su montrer ses preuves.

Toutefois, malgré les points négatifs de la démondialisation, la présidente de la Banque centrale européenne dresse un constat mitigé, et admet que la mondialisation a ses limites, et qu’un processus de démondialisation peut aujourd’hui être nécessaire pour faire face aux fragilités et aux dépendances de l’Europe.

Un sujet complexe, sur lequel se penchent aujourd’hui de nombreux Etats, pour parfois repenser le fonctionnement de leur économie et ainsi parvenir à faire face aux difficultés économiques ressenties aujourd’hui par l’ensemble des européens.
Andreas Linde
Écrit par
Andreas Linde dispose de plus de sept ans d’expérience dans le domaine des prêts et sait tout ce qu’il faut savoir sur l’ARP, les prêts par annuités, les prêts en série, les obligations et d’autres nombreux termes pertinents concernant le secteur des prêts.
LoanScouter > Actualités > La démondialisation et ses possibles conséquences négatives pour l’Europe